YLLE – Tricot et déco à Ainay

Nous avons découvert Ylle lors de la soirée de remise des trophées de la création lyonnaise. On a immédiatement craqué sur ce joli corner fait de tricot, chapeaux de paille et bandeaux colorés ! Anaïs nous a aidées à bien porter le headband, et a commencé à nous présenter sa marque fait de récup’ ! Intriguées, nous sommes allées discuter avec elle dans sa boutique rue Sainte-Hélène, un jour entre midi et deux !

Anaïs, qui es-tu ?

Je suis née en Savoie, pas très loin, et je suis venue m’installer à Lyon il y a 6 ans pour mes études d’art. J’ai fait l’école d’art et culture à Croix-Paquet, puis j’ai travaillé dans de grandes galeries du quartier d’Ainay. Un hiver, alors que j’étais encore étudiante, j’avais très envie d’un bandeau en tricot ! Mais rien ne correspondait à ce que je voulais dans le commerce ! Alors je l’ai fait !

J’ai monté mon projet de tricot, mais vraiment comme ça, sans ambition ni prétention, plutôt pour mes copines qui voulaient elles aussi des bandeaux tricotés. Puis, les copines des copines me passaient commande… J’ai commencé à commercialiser car l’engouement était fou, puis 3 ans plus tard, j’ai fini par sauter le pas : quitter mon travail et monter ma boite.

Je suis sensible à l’écologie, j’ai décidé de détricoter des pulls pour récupérer la laine pour faire mes bandeaux ! Ylle, signifie laine en suédois. Dans mon précédent métier, j’avais rencontré une historienne suédoise en textile de l’art. Je suis contente car ça marque un lien avec mon ancien métier. Ça boucle la boucle !

Présente-nous ta boutique, YLLE !

La boutique a ouvert en novembre 2017 ! J’ai voulu ce lieu comme une maison, d’ailleurs le nom est Ylle, maison de tricot. L’espace boutique donne sur la rue et l’arrière boutique accueille mon atelier. Je viens d’une famille de commerçants mais ce n’est pas forcément ce dont je rêvais à la base. J’avais surtout envie d’un atelier pour travailler. L’idée est d’avoir ici un rapport comme chez un tailleur. On prend le thé, on discute de la création. Tout est fait à la main donc personnalisable et ajustable. Ce sont des pièces uniques que l’on propose !

Une chose importante aussi pour moi est la sauvegarde du savoir-faire manuel. Il faut savoir qu’il y a énormément de techniques de tricot !! Un jour, je tricotais sur un salon, et une dame me lance « ah, vous tricotez comme une Portugaise ! », très étrange car ma famille est suisse et on m’a toujours dit que c’était la méthode suisse ! Selon les pays ou les traditions, on ne tient pas les aiguilles de la même manière, on prend une certaine posture aussi, et donc la technique est différente. Le point reste, lui, le même ! 

Je souhaitais aussi créer un lieu de vie, un endroit pour accueillir les gens et organiser des événements : des ateliers tricot pour les débutants, des échanges autours de l’écologie… A la rentrée il y aura aussi des cours de yoga et des ateliers menés par une nutritionniste. Le programme est toujours annoncé sur nos réseaux sociaux

Que retrouve-t-on chez Ylle ?

En hiver, des bonnets, écharpes, bandeaux, mitaines, châles, chèches. J’essaye de faire des modèles mixtes, que l’on peut s’échanger en couple ou entre amis. Le rayon home présente des coussins, des abat-jours, de la vaisselle customisée avec de la laine aussi ! 

En été, on retrouve des chapeaux, des paniers. On est davantage sur de la dentelle au crochet et avec du fil de coton recyclé. Les chapeaux sont tricotés à partir de paille recyclée par un artisan portugais. Les head-bands sont faits avec des chutes de tissus. Le 2 en 1 cartonne cet été !! 

Comment fais-tu pour trouver ta matière première ?

Je suis en partenariat avec des points relais, des fripes qui m’appellent quand ils ont des pulls à 80% de laine qu’ils ne peuvent pas vendre. 80% de laine, c’est la condition pour que la laine reste de bonne qualité après le détricotage ! 

Ta bonne adresse lyonnaise ?

Jocteur ! La boulangerie/pâtisserie et salon de thé de l‘Ile Barbe avec un fournil ouvert sur la salle. C’est très agréable, on peut s’y éclipser deux heures. Une vraie petite pépite lyonnaise !

Merci Anaïs !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.