Ville Morte, l’agenda des soirées en sous sol

Cela fait plusieurs années que mon agenda favori pour décider de mes sorties s’appelle Ville Morte. Trouvé par hasard à la sortie d’un concert, j’ai tout de suite été attirée par l’univers graphique. Le principe est plus que simple : une feuille A4, un·e graphiste ou illustrateur·rice et une liste de concerts et soirées.

Ville Morte, c’est donc l’opportunité de découvrir des artistes talentueux·euses et des soirées « en sous sol » – « underground » pour les plus bilingues.

agenda ville morte lyon

Ville Morte, c’est quoi ?

A la base, l’idée était pour plusieurs organisateurs de concerts de pouvoir créer un document unique pour communiquer sur leurs soirées. « Assez vite on en a eu marre d’avoir toujours six flyers différents à distribuer à la sortie des concerts et comme on avait envie de défendre les dates des copains et des copines autant que les nôtres, on s’est dit que plutôt que remplir chacun son calendrier dans son coin on pourrait aussi sortir un petit agenda avec les concerts qu’on fait et ceux où on aimerait bien aller. »

Le succès est au rendez vous puisque l’agenda existe depuis 2015 et a bien augmenté son tirage. Derrière ce projet, des assos, des créatifs·tives, et tout plein de gens qui se bougent pour mettre en avant la scène locale. L’équipe est d’ailleurs en plein recrutement !

ancienne édition de ville morte avril

Comment les soirées sont sélectionnées ?

« On ne sélectionne pas vraiment, on met ce dont on a connaissance. On trie parfois sur des critères d’accessibilité (les gros concerts très chers, les grosses machines qui ont suffisamment de promotion sans avoir besoin de nous). ». L’idée est effectivement de défendre l’activisme local et une « vision de la musique et du vivre ensemble non marchand« .
Parmi les salles souvent citées : le Sonic, le Farmer, le Kraspek, le Trokson… des soirées définitivement accessibles qui mettent en avant des groupes de qualité peu connus, souvent locaux. La sélection est donc « minutieuse mais subjective« , et c’est tout ce qui fait, selon moi, l’intérêt de Ville Morte. Une prise de position globale mais sans imposer les goûts d’un collectif ou d’un individu. Il s’agit là d’un agenda qui n’a pas pour but de recommander mais bien d’informer. Libre ensuite au spectateur/à la spectatrice de se faire sa propre idée de la soirée.

Où retrouver Ville Morte ?

sixieme édition de l'agenda ville morte« On est pas très bons en distribution en attendant les recrues, en général on nous trouve dans les salles de concert, bars, disquaires, quelquefois en bibliothèque… c’est un peu l’aventure chaque mois !« .

Laissez le hasard vous guider donc vers les exemplaires de Ville Morte, et si il fait mal son boulot, la bonne nouvelle c’est que tout est également posté sur le site internet Ville Morte ainsi que sur leur page Facebook.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.