Ponta Preta, le son lyonnais de ton été

Je n’ai pas rencontré Valentin, l’un des membre de Ponta Preta à un concert, mais plutôt derrière son bureau : c’était mon collègue de boulot. Coup de coeur amical direct, on a rapidement parlé musique. Il joue depuis sa plus tendre enfance, moi je cours les salles de concerts : un bon terrain d’entente. Depuis il a lancé Ponta Preta avec quelques potes, a remporté le prix du jury au tremplin Ninkasi Musik Lab et sera cet été sur la scène de Woodstower.  J’avais donc très envie de vous le présenter, pas parce que c’est un pote, mais bien parce que c’est le groupe lyonnais qui va enchanter votre été !

Il y a qui derrière Ponta Preta ?

Félix, Sofiane, Alexis et Valentin. On est potes depuis super longtemps et il y a un an on s’est dit que ça pourrait être marrant de faire un truc ! On chante tous donc ça apporte un petit plus !

Vous êtes Lyonnais ?

Félix, Sofiane et moi on a grandi dans l’ouest lyonnais et on s’est rencontré là-bas. Alexis est né à Paris mais il est à Lyon depuis tellement longtemps que c’est comme s’il était lyonnais !

Comment vous définissez le style Ponta Preta ?

On dit qu’on fait du surf rock même si on ne fait pas vraiment du surf-rock pur et dur comme ce que faisaient des groupes comme les Shadows par exemple, qui était principalement instrumental. Mais c’est une grosse influence, surtout au niveau du son ! On est aussi très influencés par la pop californienne. (NDLR : le nom Ponta Preta est bien connu des surfeurs, puisqu’il s’agit d’un cap sur une île du Cap Vert)

Quelles sont vos inspirations ?

Allah Las et Mystic Braves, ce sont vraiment des groupes qui nous ont influencés au niveau du son. C’est tellement peinard comme musique, parfait pour les road trip par exemple ! Après le groupe La Luz, un groupe féminin américain, a été une grosse influence aussi. Elles font du surf rock super bien foutu. Et puis bien sûr les premiers Tame Impala, pour le côté un peu plus psyché !

Vous nous parlez du Ninkasi Musik Lab ?

C’est une sorte de tremplin organisé par le Ninkasi, mais qui en fait ressemble plus à une pépinière d’artistes lyonnais. On a eu la chance d’avoir le prix spécial du Jury cette année, donc le Ninkasi va nous accompagner pendant toute l’année ! C’est vraiment une super opportunité et surtout ça nous a donné l’occasion de jouer au Kao où c’était la folie !

Vos adresses incontournables à Lyon pour les fans de musique ?

Au niveau disque, je pense que Sofa reste une institution. Pour aller voir des concerts on va dire le Sonic pour le rock et le Hot Club pour le Jazz. Les deux baignent un peu dans leur jus, mais ça vaut le détour ! 

Un groupe lyonnais que vous kiffez ?

Y a un projet génial mené par Thibauld Labey qui s’appelle Trumpets or Consciousness, dans le genre pop lyonnaise il n’y a pas mieux ! Et aussi un groupe d’électro-pop qui s’appelle Brainbow et qui fait un truc super abouti au niveau son !

C’est quoi le bar lyonnais avec la meilleure playlist ?

Le Broc Bar, vers les terreaux. C’est un peu notre QG, la terrasse est géniale, sous un énorme arbre, et c’est toujours un peu la folie là-bas.

Un bon plan resto entre deux répets ?

Alex a répondu « Orsi, pour le homard au beurre » ! C’est pas vraiment le resto qu’on a l’habitude de se faire en sortant de répet, mais pour éviter de citer des restos de burgers on va dire ça !

Merci Ponta Preta !

Et pensez à prendre vos place pour le festival Woodstower : ils seront sur la scène du Chapiteau le samedi soir ! Nous, on y sera !

Et suivez Ponta Preta pour découvrir leurs nouveaux sons sur Facebook et Soundcloud !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.