boutique les poupées à lyon

Les Poupées – Prêt-à-porter lyonnais

La boutique Les Poupées nous fait rêver. Déjà car les pièces sont canons, en édition limitée mais aussi et surtout car tout est pensé et créé ici, à Lyon, juste au dessus de la boutique, dans l’atelier. Une sacrée plus value pour nous ! Nous avons voulu en savoir plus sur cette entreprise lyonnaise. Johanna, la créatrice des Poupées nous a reçues un après-midi, pour nous parler de ce pari un peu fou qu’elle s’est lancé il y a 10 ans. Pleine de pep’s et le smile collé aux lèvres, on a passé un très bon moment !

johanna creatrice les poupees

On présente la nouvelle collection Les Poupées !

Du velours, des imprimés tapisserie avec de grosses fleurs… Cette collection est beaucoup plus 70ies ! La marque a 10 ans cette année, j’avais envie de faire des « revivals » de ce qui m’a inspiré à l’époque ! Les années 70 m’ont toujours fascinée : les films, la photographie de l’époque. J’ai en tête des images à la Woodstock, des couleurs très vives. Et puis cette saison, nous avons une nouvelle machine, une brodeuse avec laquelle je me suis mise à broder des cols ! Je trouve que la thématique 70ies s’y prête tellement ! De gros cols, de grosses broderies. J’aime aussi beaucoup les années 80 avec ses paillettes mais là on est clairement plus dans les années 70. 

robe les poupées collection automne hiver 2019

J’aime mélanger ces styles 70/80 avec des choses plus modernes. Les cols travaillés, les petites manches mignonnes, les noeuds… C’est l’identité des Poupées !

Ta pièce fétiche ?

nouvelle collection les poupees

Une seule ?? Dur… Bon, allez, j’adore la combishort (NDLR : Vanessa aussi) ! Mais j’aime aussi beaucoup les tailleurs veste/pantalon en velours, ça fait trop Gucci !! Puis notre petit haut avec notre propre imprimé !! J’en suis tellement fière ! Une amie designeuse textile l’a créé pour nous et on l’a fait imprimer dans les Monts du Beaujolais.

imprime exclusif les poupees

D’où vient cette passion pour la couture ?

Au collège, je participais à des ateliers patchwork animés par des mamies. Ça m’amusait beaucoup, je prenais des images et j’essayais de les recomposer avec des morceaux de tissus ! J‘ai commencé à coudre à la main comme ça ! Je m’habillais aussi beaucoup en friperies, mais la meilleure, c’était l’armoire de mes grands-parents ! Je prenais des pièces que j’adaptais pour moi. 

col brode fleurs

J’aimais créer, dessiner, mais jamais je n’aurais pensé en faire mon métier ! Mon environnement familial, avec un grand-père militaire et beaucoup de parents dans l’enseignement et l’administration, faisait que ce n’était pas imaginable. J’ai donc commencé mes études supérieures à Science Po, je m’ennuyais… Puis l’été suivant, je croise une copine de lycée qui me lance « je suis en BTS design de mode ». Ça m’a fait comme un choc. Je pouvais faire autre chose de ma vie, je venais de le réaliser.

décoration flamand rose

Alors j’ai décidé de changer complètement de voie. Je savais déjà dessiner, j’avais pris des cours pendant 5 ans avec un prof à la retraite, alors j’ai fait une année de remise à niveau en art appliqué. A partir de là, tout n’a été qu’une question de circonstance !  J’ai travaillé pour l’installation d’une expo Agnès B à Paris, puis dans un bureau d’import/export qui me demandait de dessiner 50 polos par jour. J’en ai eu marre alors je suis partie un moment à l’étranger. A ce moment là, je pouvais entrer au Cirque du Soleil (ma colloc’ était responsable costume et elle avait du boulot pour moi) ou partir à Las Vegas ou encore rentrer en France où j’avais mon chéri… Je suis rentrée en me promettant de faire un truc de ouf, et j’ai ouvert Les Poupées !

Comment travailles-tu ?

Je dessine, je fais les patronages et je couds. Je couds de moins en moins, mon équipe -on est 4 en tout- prend le relais.

boutique créateurs lyon

Avant de faire mes achats de tissus, je dessine des pièces, c’est un peu flou mais je sais si le tissu associé sera fluide ou rigide. Et d’un autre côté, je veux tel type d’imprimé, tel type de matière. Je joue sur deux tableaux. Parfois, ma réflexion évolue aussi, un jeu de va et vient s’instaure. Parfois, je tombe sur un tissu et instantanément je sais. Je travaille avec une majorité de tissus français, le reste vient d’Italie et d’Espagne. Je développe certains projets avec les designers textiles des usines. C’est clairement ce que j’aime dans mon travail, j’apprends plein de choses au contact des autres ! En broderie notamment !

Quand on a le tissu, tout se passe au dessus de la boutique, dans l’atelier, ou sinon chez moi sur un coin de table.

Ta bonne adresse lyonnaise ?

Le restaurant Café Lisboa rue des 4 chapeaux ! On y déguste une cuisine portugaise maison délicieuse !

Merci Johanna !

interview les poupees

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.