carmelo lyon

Les favoris du dimanche #244

Voici comme chaque dimanche les choses qu’on a aimées cette semaine !

En photo : Carmelo

Les favoris d’Ophélie

Féminicides 

Ce documentaire de Lorraine de Foucher diffusé cette semaine sur France 2 porte bien son nom… Il revient sur 5 enquêtes portant sur des affaires de féminicides menées par des journalistes du Monde. Témoignages des proches des victimes, analyses des journalistes, ce film revient sur le schéma criminel instauré par ces hommes. Les auteurs de féminicides ne sont pas fous comme beaucoup encore le pensent. En 2019, 150 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint. Féminicides est bien construit, avec des respirations entre chaque histoire et une esthétique soignée. A regarder, vraiment. 

Gardien de la paix

Un podcast déroutant. Alex, policier de couleur noire à Rouen, raconte son histoire. L’entente cordiale avec ses collègues puis la découverte d’un groupe WhatsApp, de notes vocales trash, parfois même le concernant. Un concentré de racisme, sexisme et d’homophobie en quelques minutes. Dur dur de se dire que ces mêmes personnes sont dépositaires de l’autorité publique car toujours en poste malgré une plainte. Ce podcast d’Ilham Maad ne dure que 30 minutes, prenez-les !

Les lettres d’intérieur 

Depuis le début du confinement, Augustin Trapenard avait troqué son émission Boomerang contre la lecture d’une lettre d’intérieur, une lettre écrite par une personnalité sur un thème libre. Au début, il y a eu Ariane Ascaride et sa lettre portant sur les inégalités sociales en temps de pandémie, Christiane Taubira qui s’est adressé à une sans-abri, Sophie Fontanel et son frère avec qui elle était confinée… Puis dernièrement Maïwenn et la mort de George Floyd, Virginie Despentes a écrit à « ses amis blancs qui ne voient pas le problème ». La dernière est signée Christine Angot et revient sur ce demi-frère qu’elle ne connait pas. J’ai adoré suivre ces lectures, un moment à chaque fois très émouvant. 

Les favoris de Vanessa

Bad Feministe

A force de le voir souvent cité et de le croiser systématiquement en librairie du côté des livre sur le genre, j’ai profité du confinement pour lire (enfin plutôt écouter) ce célèbre livre de l’autrice américaine Roxane Gay. Recueil d’essais très personnels, il ouvre la voie d’un féminisme imparfait. Entendez-là, Roxane donne la consigne d’assumer l’étiquette de « féministe » même lorsqu’on n’est pas exemplaire dans sa lutte. On peut être féministe et porter du rose, s’épiler ou encore apprécier les films à l’eau de rose. Si certains passages m’ont paru longs voire un peu inutiles (des pages et des pages sur les compétitions de Scrabble), le message global est important, et c’est un bon livre si vous débutez votre chemin vers la pensée féministe. C’est important de comprendre qu’on peut être légitime dans une lutte sans pour autant être irréprochable, et ce peu importe les causes : féminisme, écologie, végétarisme… la perfection n’existe pas.

Carmelo

ÇA Y EST. Merci le déconfinement et le fait que les restos ne sont pas aussi bondés que d’habitude. J’ai enfin pu aller dîner sans faire 2 heures de queue chez Carmelo, le restaurant lyonnais du groupe Big Mamma. Dans un décor somptueusement kitsch, j’ai pris plaisir à retrouver mes plats préférés (je m’arrête souvent dans leurs restaurants parisiens). Pâtes à la truffe, tarte au chocolat… Je me suis régalée.

Little Fires Everywhere

Reese Witherspoon et Kerry Washington se partagent l’affiche de cette série disponible sur Prime. Adaptation d’un roman à succès « La Saison des Feux », on suit l’installation d’une artiste, mère célibataire et de sa fille dans une ville tranquille de l’Ohio. Une bourgeoise de la ville, qui campe le rôle de la wondermum américaine (famille nombreuse, travailleuse, toujours impeccable) se prend d’envie de les aider et leur loue un appartement. Rapidement, un climat étrange s’installe, mensonges et révélations vont s’en suivre. Cela pourrait être une série plate à la Desperate Housewives, mais beaucoup de choses viennent rendre intéressante cette série. Déjà, les deux actrices pleine de talent, le travail du contexte raciste aux États-Unis ainsi que la réflexion autour du sentiment de maternité. 

Et vous, qu’avez-vous aimé cette semaine ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.