La masturbation

La première fois que nous avons abordé le sujet de la masturbation avec Vanessa, c’était au bureau un vendredi après-midi. On s’est vite rendu compte que nous avions un rapport complètement opposé à cet acte. Je n’ai jamais vraiment réussi à me procurer du plaisir seule alors que Vanessa y a recours régulièrement. Alors nous avions envie de nous confier, et de comprendre un peu mieux ce rapport en vous donnant la parole. Effectivement, nous avons lancé un questionnaire anonyme au début du mois. Lecteurs et lectrices, hétéros, homos, bis : merci d’avoir participé à cette petite enquête !

Les magnifiques illustrations de cet article sont signées Fran !

Retrouvez tous nos articles sur le sexe.

La première masturbation

Pour la plupart d’entre vous, cette première fois arrive à la pré-adolescence, entre 10 et 14 ans. Certain-es nous ont confié avoir eu des actes plus jeunes, mais souvent dûs au hasard, avec des objets du quotidien, comme un coin de table ou une poupée. La pré-adolescence, c’est la période où les hormones commencent à déclencher chez les filles la production de progestérone et chez les mecs de testostérone. C’est l’âge des premières envies sexuelles, et surtout des besoins. Ce mot revient beaucoup dans vos témoignages : besoin d’essayer, besoin de grandir. On regarde des films, des séries, ça nous inspire et on expérimente. Pour la quasi-totalité d’entre vous, la masturbation a été une sacrée surprise et une bonne introduction à la vie sexuelle à deux !

Pour nous aussi, l’envie est arrivée à ces âges là. Vanessa a expérimenté la masturbation pendant l’été de ses 12 ans. C’est un bon souvenir pour elle, sa réaction a surtout été « WTF pourquoi on ne m’a jamais parlé de ça avant ?! ».

Pour ma part, je me souviens très bien de conversations de cours de récréation avec mes copines, de ma première tentative sous la douche pour n’éprouver… Rien du tout ! Je trouvais la situation ridicule… Ma main, mon sexe. J’ai vite compris qu’il me fallait l’intervention d’une deuxième personne pour vraiment arriver à mes fins. Ce qui explique certainement pourquoi je n’ai jamais été célibataire très longtemps et mes différents plans cul pendant ces périodes creuses !  

L’importance de la masturbation

J’avoue, je veux bien croire toutes celles et tous ceux qui nous ont avoué que ça leur permettait de décompresser, de mieux dormir ! Moi-même, quand je suis stressée et/ou énervée et que je n’ai pas mon mec sous la main, je pense que cette option serait certainement plus efficace que la méditation et me donnerait moins mal à la tête le lendemain qu’une soirée trop arrosée. Il m’arrive de rêver que je me masturbe !

Vous êtes des trentenaires (comme nous) à avoir répondu à notre questionnaire, ce qui explique certainement vos avis complètement décomplexés par rapport à la masturbation. Pour beaucoup c’est un acte du quotidien, que vous aimez vivre seul ou à deux et qui stimule la libido

Comme les témoignages, pour Vanessa, c’est parfois un moyen de s’endormir plus vite, mais c’est avant tout quelque chose qu’elle fait pour elle. Sur le long terme ça lui a permis de mieux se connaître, de savoir ce qu’elle aimait, comment elle fonctionnait ! « Je trouve que c’est un acte fort qui donne du pouvoir à la femme, une manière de littéralement prendre sa vie sexuelle en mains » dit-elle. Elle la pratique aussi à deux, pendant l’acte. « C’est important de savoir que je peux jouir quand j’en ai envie et que ça fonctionnera à tous les coups » ajoute-t-elle. Suivant les partenaires, elle avoue, ça passe ou ça casse : certains hommes vivent mal cette émancipation, d’autres trouvent ça génial !

La masturbation, ça change avec le temps ?

Vanessa a mis beaucoup de temps avant de passer le cap de se masturber avec un partenaire. Pendant longtemps c’était quelque chose d’un peu tabou, de confidentiel. Ce qui n’a pas changé, c’est qu’elle n’a jamais ressenti de honte à le faire, ça a toujours été quelque chose d’assez naturel.

Pour beaucoup, ce rapport décomplexé est venu avec le temps, mais une certaine gêne était bien là au départ. La fréquence a diminué pour la plupart d’entre vous, car vous êtes en couple ou simplement par flemme. Certaines (oui que des nanas) nous ont avoué utiliser des vibromasseurs et se donner des rendez-vous : un bon porno, de la musique, des bougies… La masturbation à distance, par téléphone ou message est une pratique venue un peu plus tard pour certains.

Quant à moi… J’ai mis pas mal de temps à assumer ce qui reste pour moi un échec. J’ai longtemps menti en disant que je me masturbais comme tout le monde ! Puis à quoi bon… Aujourd’hui, je n’en souffre pas, je n’en éprouve pas le besoin mais j’avoue que j’aimerais un jour y arriver ! J’attends vos astuces en commentaires !

Merci à tous d’avoir participé à cet article !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.