Édito – Le Lyon d’après

Difficile d’y voir clair. Entre ceux qui disent que rien n’a changé et les autres qui espèrent (perso je me range plutôt dans cette 2e catégorie). Difficile de savoir si ces deux mois de confinement ont éveillé les consciences. Pas tellement quand je compte le nombre de candidats LREM -comme ici à Lyon- qui s’allient à la droite des Républicains pour faire, je cite, « barrage aux Verts » pour le deuxième tour des élections municipales prévu le 28 juin prochain. Aberrant

La bonne nouvelle, c’est que l’apéro devient un acte engagé. On ne dit plus « j’ai la gueule de bois » mais « je soutiens l’économie locale« . Malin. Effectivement, à la veille d’une crise économique à laquelle on ne saurait échapper, il est important de repenser sa manière de consommer. C’est aujourd’hui ou jamais. Où j’achète mes légumes, mes vêtements, où est-ce que je vais boire une bonne bière ou manger une pizza ? Tous ces actes pèsent, autant au niveau local -pour sauver des commerces/bars/restos- qu’au niveau global -diminuer son empreinte carbone-. Moins mais mieux, local et durable.

Ici chez Carnet Lyonnais, nous n’avons pas attendu qu’une crise sanitaire éclate pour vous parler de celleux qui font bouger Lyon avec intelligence. Ces trois derniers mois, nous avons craint pour ces adresses que l’on aime tant, et surtout pour les personnes qui se cachent derrière. Celles qui ont eu le courage de se lancer, celles qui ne comptent pas leurs heures, celles qui chaque jour, se mettent au service des lyonnais·es. Parce que ce qu’on sait faire de mieux, c’est leur donner la parole, les prochaines semaines leur seront consacrées. Nous allons continuer à vous faire découvrir de beaux projets lyonnais qu’il est important de soutenir dans ces moments incertains

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.