Grosse gémellaire 5 conseils pour l'accepter

Comment j’ai accepté ma grossesse gémellaire

A risque. Ces 2 mots sont assez rapidement sortis quand on m’a annoncé que j’étais enceinte de jumeaux. Une grossesse à risque. Plus de risques de fausses couches lors du premier trimestre, plus de risques de fausses couches tardives, plus de risques de complications pendant la grossesse, plus de risques de naissance prématurée, plus de risques de complications au moment de l’accouchement… Ok ! Même si mes hormones de grossesse font très bien leur taff depuis le début, forcément, il y a eu des nuits d’insomnie et des jours d’angoisse car je savais que tout pouvait s’arrêter très vite. Voici 5 points qui m’ont aidée à accepter cette grossesse gémellaire.

Conseils grossesse gémellaire

1 – S’informer sur la grossesse gémellaire

C’est la base ! Si l’inconnu fait peur, s’informer terrasse forcément les idées reçues, au moins une partie. Savoir dans quelle aventure on s’embarque permet de mieux appréhender la suite. J’ai su très tôt que ma grossesse était monochoriale biamniotique : les 2 foetus sont issus d’une même fécondation qui s’est coupée en deux, ils se partagent le même placenta mais évoluent dans 2 poches différentes, avec leur propre liquide. Ce cas suppose une surveillance attentive avec une échographie à l’hôpital toutes les 2 semaines, surtout pour veiller à ce qu’un syndrome transfuseur/transfusé ne survienne pas. Ce syndrome est opérable après un certain stade mais avec des risques pour les foetus. Bien-sûr, savoir ça fait peur mais permet aussi d’apprivoiser cette peur et de se préparer à d’éventuelles épreuves.

Pendant ces périodes de doute, on a forcément besoin d’être rassuré·e. Alors que j’étais seulement dans mon 4e mois, avec Alex, nous sommes allés rencontrer l’association Jumeaux et Plus. Pendant une matinée, nous nous sommes retrouvés avec des couples dans la même situation que nous, à des stades de grossesse bien plus avancés. La preuve était sous nos yeux, c’était possible d’y arriver !

2 – Bien s’entourer pendant sa grossesse

Etre suivie de près par un médecin tout au long de la grossesse est normal dans le cas d’une grossesse gémellaire. Ma médecin, une spécialiste des grossesses multiples, est une personne en qui j’ai confiance, très compétente et honnête. Mais ça reste une médecin. Je voulais avoir un rapport plus humain durant ma grossesse. J’ai donc décidé, sur les conseils de ma copine Aurélie, de voir une sage-femme. J’en vois aujourd’hui 2, une pour mes séances classiques de préparation à l’accouchement et une autre pour des séances d’haptonomie. Ces personnes m’apportent beaucoup, m’apaisent, me rassurent et surtout m’ont appris une chose essentielle : l’important est de faire de son mieux, le reste appartient à la vie.  

Bien s’entourer passe aussi pour moi par resserrer son cercle de proches autours de moi. J’ai très vite impliqué ma mère, ma belle-mère et mes amies qui m’ont accompagnées lors d’échographies (une à la fois). Alex ne pouvant pas se libérer pour chaque écho (on en est à une dizaine d’échos et je suis à 6 mois de grossesse), il était pour nous très important que je sois épaulée à chaque fois en cas de besoin, de mauvaise nouvelle. Ces échographies, même si elles sont toujours stressantes pour moi, sont de merveilleux souvenirs.

grossesse jumeaux conseils et astuces

3 – Ne pas se projeter trop vite

Pour se protéger ! Si nos proches étaient dans la plupart des cas complètement euphoriques à l’annonce de cette grossesse gémellaire, nous, nous marchions sur des oeufs ! Nous leur rappelions à chaque fois la fragilité de ces embryons, de ces foetus… Mais avoir ces bonnes ondes de personnes qui n’avaient pas en tête tous ces fameux risques nous faisait aussi du bien ! J’ai demandé à ce que personne ne me fasse de cadeaux en lien avec la maternité ou les futurs bébés avant le mois de janvier. C’est vraiment à partir de ce mois, qui marquait alors mon 6e mois de grossesse et la viabilité des foetus, que nous avons commencé à nous organiser et à nous équiper

4 – Eviter les personnes négatives

Il faut savoir être un peu égoïste parfois ! Le temps d’une grossesse est une période où il faut penser avant tout à soi, s’écouter et parfois s’éloigner des personnes qui nous font plus de mal que de bien. Ma grand-mère maternelle, de nature très pessimiste, a très mal vécu l’annonce de ma grossesse gémellaire. Elle s’est mise a pleurer, a immédiatement exprimé ses peurs… Et ne rate jamais l’occasion de me dire que j’ai « encore sacrément grossi » ou que j’ai « bien mauvaise mine ». Des paroles que je ne préfère pas trop entendre, alors je m’éloigne un peu d’elle pendant cette période. Pour mon bien et celui de mes futurs enfants. 

femme enceinte jumeaux grossesse gémellaire

5 – Se faire confiance

La grossesse en général n’est pas une maladie et la grossesse gémellaire ne l’est pas non plus, même avec les risques augmentés ! Il est donc vital, si tout va bien, de continuer à vivre normalement, en s’écoutant comme je le disais précédemment, mais en tentant au maximum d’éviter la paranoïa. J’ai vécu les 5 premiers mois sans changer grand chose à mon quotidien (sauf le contenu de mes verres pendant les apéros), je travaillais, voyageais.

Aujourd’hui effectivement mon ventre imposant et la fatigue qui en découle m’obligent à rester plus calme. Je m’écoute et je l’accepte.  

 Retrouvez tous les articles sur ma grossesse gémellaire !

Les photos de cet article sont signées Madiene Photographies.

Comments

  1. C’est un très joli article. J’ai été moi aussi enceinte de jumeaux (mais grossesse bichoriale biamiotique, donc moins «  »à risques » ») et je me reconnais totalement dans ce que tu écris. A l’époque, je ne me suis pas bien entourée. Ni pendant, ni après. Et c’est là le conseil n°1 que je donnerais aux parents de jumeaux.

    1. Author

      Parfois on est tellement dans d’autres préoccupations qu’on y pense pas forcément, mais l’entourage est primordial, dans chaque période délicate de la vie ! Ravie que l’article t’ait plu et j’espère que tout va bien avec tes jumeaux !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.