CINÉ – Spartacus et Cassandra

Après une intro très désagréable (effet voulu certainement), à base de montages photos saccadés sur un bruit de fond parasite, le film entre directement dans le vif du sujet. Spartacus et Cassandra sont deux enfants Rroms d’une dizaine d’années, frère et soeur, qui ont été recueillis dans le squat (un chapiteau et des caravanes) de Camille, trapéziste dans une compagnie de cirque dans le 93. On comprend assez vite que les enfants ont été hébergés au départ avec leurs parents mais que le père alcoolique a causé plusieurs problèmes, entrainant son départ et celui de la mère.

Le documentaire va alors nous dépeindre le quotidien de ces enfants, tiraillés entre la justice, l’école, Camille qui veut les aider et leurs parents qui vivent dans la rue. Ouaw ! Et si nous nous mettions à leur place, juste pour voir !
047930
Mais loin d’une dualité trop facile, le film n’est pas moralisateur. Il n’y a pas d’un côté la gentille trapéziste et de l’autre les méchants parents. C’est beaucoup plus compliqué. Ok le père est alcoolique, ok la mère est complètement folle mais ils restent leurs parents ! Face à ces parents démissionnaires, Camille vient prendre leur place, on peut même se demander si elle ne va pas trop loin…
mobylette
Ce qui m’a beaucoup frappé dans ce documentaire, c’est l’intimité portée à l’écran. Des moments de live, parfois très intenses avec des scènes d’engueulade vives, puis des images que le réalisateur, Ioanis Nuguet, a décidé de laisser vivre, simplement avec de la musique ou les voix off des enfants. Le mix marche très bien. Et le tout sans aucun regard caméra – c’était l’une des instructions du réalisateur -, à certains moments je me suis vraiment demandé comment la caméra avait pu se faire une place.

Le générique de fin défile sur un rap de Spartacus, tellement poignant que la salle n’a pas bougé, resté scotchée face à la voix de cette enfant prononçant des mots d’adultes. Ce film change profondément notre regard sur la communauté Rrom.

Spartacus et Cassandra est sorti mercredi en salle.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.