voir du street art a lyon la rue des tables claudiennes

5 joies du déconfinement

Si le confinement a bousculé nos habitudes de vie, le déconfinement fait de même. Il faut tout revoir : porter un masque, ne plus s’embrasser, oublier les terrasses des cafés… Alors on s’adapte, on évolue et on découvre ou redécouvre de nouvelles routines qui au final nous font du bien. Voici nos 5 joies du déconfinement.

Organiser des moments en petit comité

Je suis plus une habituée des grosses soirées que des petits diners. J’aime m’entourer de tous mes amis en même temps, rassembler ma famille au complet et si je peux mêler les deux, alors là c’est l’apothéose. J’ai beaucoup souffert du manque de mes proches pendant le confinement, j’avoue avoir organisé quelques déjeuners avec un couple d’amis qui vivent à quelques centaines de mètres de chez nous. Et cette nouvelle habitude me plait beaucoup. Aujourd’hui, j’organise des apéros à 6, des diners à 4 et j’adore ça ! On prend le temps d’aborder des sujets et de mieux connaître les personnes forcément !

Ecrire à ceux qu’on ne peut retrouver 

L’heure du déconfinement n’a pas sonné pour tous. Mes grands-parents qui vivent en résidence seniors ont des droits de visite limités, d’autres de mes proches habitent à plus de 100 km ou refusent pour le moment de sortir de chez eux (le fameux syndrome de la cabane). A tous ceux-là, j’ai décidé d’écrire une petite lettre. Quelques mots sur la vie, des souvenirs passés ensemble et quelques photos. Je m’invite un peu chez eux avant les retrouvailles.

Profiter de l’extérieur

Si le confinement nous a bien prouvé quelque chose, c’est le bienfait d’être dehors (et sans attestation). Pour nous, ça a été le bon moment d’enfin aménager nos balcons : fleurs, plantes, chilienne, étagères… Aujourd’hui c’est réellement une pièce en plus où on adore flâner ! Mon appartement donne sur le parc de notre copropriété. Là encore, une nouvelle habitude due au confinement. Avant, je n’avais pas le réflexe de descendre profiter de la verdure au pied de mon immeuble. Aujourd’hui, je saute sur la moindre occasion pour m’y rendre. Si on ajoute à ça un peu de jardinage ou un pique-nique en forêt alors là…

Cuisiner pour les autres

Donner à manger, c’est donner de l’amour, me disait l’une de mes aides à domicile lorsque mes jumeaux avaient quelques mois. J’ai vraiment commencé à cuisiner régulièrement (mon mari cuisine très bien) à la naissance de mes enfants, car je voulais leur donner le meilleur et aussi leur inculquer cette valeur. Je pense que je n’ai jamais autant cuisiné de toute ma vie que pendant le confinement ! Je n’ai pas fait mon pain mais plein d’autres choses : des gnocchis, des muffins, des veloutés… Du sucré, du salé, du sain et du gras. Alors aujourd’hui, quand je dois apporter un dessert chez des amis, j’ai beaucoup moins le réflexe « boulangerie » qu’avant !

Opter pour le « à emporter »

S’il va falloir attendre encore quelques semaines avant de retourner pleinement dans les bars et restaurants, beaucoup ouvrent à nouveau en mode à emporter. Version plat DIY, en barquette ou sous vide, les restaurants se transforment en traiteurs. L’occasion de se régaler dès maintenant et de découvrir le bonheur de manger chez soi des plats de qualité. Bien sûr, il y a toujours eu la livraison à domicile. Mais de nombreux restos que l’on adore n’offraient pas la possibilité de prendre à emporter avant. On espère secrètement qu’une fois ré-ouverts, ils garderont cette possibilité !

Et vous, comment se passe votre déconfinement ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.